Éveil de la condition sourde féminine à grande échelle

Le côté féminin était très présent au congrès. Toutes et tous les membres du comité organisateur du congrès sauf… un, étaient des femmes Sourdes. Plus que jamais auparavant, nous avons pu voir à l’oeuvre ce qu’une équipe de femmes sourdes pouvait faire. Nous devons saluer le courage de Chantal Giroux à cet égard pour avoir persisté dans son effort de regrouper le plus de femmes possible. A priori, bien évidemment, cette idée de regrouper des femmes de façon presque exclusive peut paraître quelque peu radicale mais c’est avec de telles choses qu’on livre un message social, révèle un côté plus humain, égalitaire des choses. J’ose espérer que l’on en viendra à l’égalité effective entre la participation des femmes.. et des hommes collectivement à l’avenir dans la communauté Sourde.

J’en profite pour vous présenter deux femmes Sourdes de la relève future, qui se signalent déjà quand même dans la communauté depuis quelques années, sans trop de bruit… il s’agit des Annik Boissonneault et Suzanne Laforest, qui ont déjà, toutes les deux, écrit quelques articles dans la revue Voir-Dire. Il est à signaler que ces deux jeunes femmes Sourdes ont participé au comité organisateur, en plus de donner une conférence chacune.