Les années 2000

La SCQS a été une pépinière pour former plusieurs femmes et leaders de la communauté Sourde. En effet, Hélène Hébert, Monique Boudreault, Patricia Viens et Julie Laroche ont eu la chance d’être présidentes de la SCQS au cours de son histoire.

Patricia Viens et Richard Dame ont été les seuls Sourds anglophones ou ASL à avoir eu l’honneur d’en être présidents.

En 2002, Patricia Viens, alors présidente de la SCQS, et Martin Bergevin, directeur général du CQDA, conviennent du principe de tenir un débat au sujet de la reconnaissance de la LSQ.

Ce débat portait sur l’identification du porte-parole du dossier de la reconnaissance de la LSQ. Depuis le milieu des années 1990, la SCQS avait confié ce dossier au ROSQ.

Étant donné que le ROSQ était devenu à peu de choses près inactif dans le dossier, la communauté Sourde a été convoquée pour débattre des options.

Des délégués de toutes les associations Sourdes de la province, en passant par la SCQS, le ROSQ, le CQDA et la FSQ, se sont présentés à cette réunion.

Par une grande majorité, la SCQS a repris son rôle de porte-parole dans le dossier de la reconnaissance de la LSQ et joue actuellement un rôle actif au sein de la table de concertation sur la reconnaissance de la LSQ en enseignement.